Mont-Orford, le dossier de l’enneigement

jeudi 13 janvier 2011 par Hubert Simard

La question de l’enneigement des pistes est au coeur des discussions sur la relance de la station de ski du Mont-Orford. La station est marquée par une réputation de pistes glacées. La qualité de l’enneigement est un problème qui nuit à l’achalandage.

Des informations inédites apportent un nouvel éclairage sur cet enjeu.

Le chroniqueur Roger Laroche, dans une collaboration avec le Journal de Magog, met en évidence les capacités relatives des stations de ski de l’Estrie à compenser les caprices de la nature avec un enneigement artificiel.

  • Ski Bromont : 6000 gallons/minute pour alimenter simultanément 240 canons sur les 1000 installés. Un investissement de 20 M$ sur dix ans. Ski Bromont prélève son eau de la rivière Yamaska.
  • Sutton : 1800 gallons/minute. L’enneigement naturel est plus favorable
  • Owl’s Head : 1500 gallons/minute.
  • Mont-Tremblant : 8000 gallons/minute.
  • Mont-Sainte-Anne : 4000 gallons/minute.
  • Le Mont-Saint-Bruno serait mieux équipé que les stations estriennes à l’exception de celle de Bromont.
  • Ski Mont-Orford : 1800 gallons/minute. L’approvisionnement se fait à partir de l’étang aux Cerises à l’intérieur du parc national.

Le MDDEP a investi 600 000 $ dans un barrage pour augmenter la capacité de prélèvement sur ce lac. Le gouvernement s’est engagé à investir 1,5 M $ pour remplacer la conduite existante qui alimente la station de ski et qui est reconnue pour perdre une partie importante de son eau. La nouvelle conduite aura un diamètre de 12 pouces.

Étang aux CerisesL’amélioration de l’enneigement du Mont-Orford dépend de deux facteurs : la capacité de l’étang aux Cerises dans le parc national du Mont-Orford à répondre aux besoins d’enneigement et la capacité de l’exploitant du centre de ski à financer les équipements.

Les prélèvements sur l’étang aux Cerises sont régis par le MDDEP et les conduites d’alimentation en eau demeurent la propriété du gouvernement. La priorité de l’administration du parc est d’abord de préserver les écosystèmes locaux. Les surplus disponibles varieront donc avec le climat. La capacité actuelle pour l’enneigement est évaluée à 1800 gallons/minute. Dans les réponses aux questions soulevées par les intéressés à l’appel d’offres de 2010 le gouvernement n’a pas montré d’ouverture à des prélèvements d’eau substantiellement plus abondants sur le territoire du parc national.

La productivité du système d’enneigement peut-être améliorée en réduisant les fuites d’eau et en investissant dans des canons à neige plus performants. Il demeure que Ski Mont-Orford ne sera pas en mesure d’obtenir une performance au même niveau que Ski-Bromont dans ce domaine. Le potentiel d’augmentation de l’approvisionnement en eau à un prix abordable et dans le respect de l’environnement n’est pas évident.

Owl’s Head serait en meilleure position avec la capacité de s’approvisionner directement dans le lac Memphrémagog.

Recherche sur la capacité de l’étang aux Cerises

Lorsqu’on cherche à mieux comprendre l’évaluation de la capacité de l’étang aux Cerises à approvisionner la station touristique du Mont-Orford, il faut retourner à la documentation du rapport 209 du Bape de mars 2005 sur Les répercussions d’un échange de terrains sur la biodiversité et l’intégrité écologique du parc national du Mont-Orford.

Les commissaires ont cherché à obtenir des évaluations sur la capacité de l’étang à répondre aux besoins de la station touristique tout en respectant les besoins des écosystèmes locaux et ceux des usagers de la rivière aux Cerises.

En 2005, on sait que la station de ski pompe 60 millions de gallons d’eau par an sur une période de huit semaines et qu’elle est en demande pour augmenter cette capacité de 20%.

Le ministère de l’Environnement ne dispose pas de données sur ce bassin hydrographique. Une évaluation est faite sur la base d’une comparaison avec un autre bassin hydrographique qui possède des caractéristiques semblables. À partir de cette évaluation hypothétique on arrive à la conclusion que le soutirage maximum ne devrait pas dépasser 17,6 l/s et que le soutirage à ce moment dépasse de 2,7 fois cette valeur.

Si on transpose les litres par seconde en gallons par minute, la capacité de l’étang serait de 278,4 gallons/minute. La demande de la station de ski (2005), incluant une augmentation de 20% serait de l’ordre de 892,8 gallons par minute.

Ces chiffres sont très éloignés du 1800 gallons par minute affiché par le MDDEP dans l’information transmise aux intéressés dans le cadre de l’appel d’offres.

L’avis 10 du rapport du BAPE

« Avis 10 — La commission est d’avis qu’une étude appropriée doit être menée, et rendue publique, pour déterminer la quantité d’eau qui peut être prélevée dans l’étang aux Cerises, situé dans le parc national du Mont-Orford, sans modifier l’intégrité du milieu aquatique et sans nuire aux écosystèmes et aux usages en aval. »

L’étang aux Cerises ne s’est pas constitué naturellement. Il provient d’un barrage construit en 1953. Le MDDEP a retravaillé ce barrage en 2010. Est-ce que les études recommandées par le BAPE ont été réalisées et quelles sont les évaluations qui ont été réalisées pour que la capacité de prélèvement de l’eau de l’étang passe de 278,4 gallons par minute à 1800 gallons par minute ?

Une demande d’information a été transmise au MDDEP.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3992 / 73780

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License